Le Bloc | Union Aal Syngof Ucdf

 

Le Bloc écrit au Directeur de l’UNCAM et fait ses propositions pour la convention

Paris le 2 mai 2016

Monsieur Le Directeur Général,

Au terme de cette première période d’échanges entre Assurance Maladie et syndicats médicaux, le syndicat «LE BLOC» souhaite vous apporter des commentaires et des propositions.
L’Assurance Maladie a présenté une vision de la situation de la rémunération des médecins libéraux qui nous paraît dangereuse et erronée: les revenus des médecins auraient progressé plus vite que la richesse nationale ces cinq dernières années! C’est ce qui a été principalement repris dans la presse et qui peut laisser penser à l’opinion publique que la revalorisation tarifaire des actes médicaux et chirurgicaux n’est pas indispensable.
La vérité est pourtant bien différente. Le taux de croissance annuel moyen des revenus de 2011 à 2015 est de 1,6% pour l’ensemble des médecins. Sur la même période, le taux de croissance annuel a été de 1,1% pour l’inflation et de 1,9% pour le salaire de base en France. Les revenus des médecins ont ainsi progressé moins vite que ceux des autres professions et leur progression en euros constants n’a été que de 0,5%.
Si on considère les spécialités du bloc opératoire, la croissance annuelle des revenus a été respectivement de 0,3%, 1% et 1,1% pour les chirurgiens, les anesthésistes et les gynécologues, soit une progression très nettement inférieure à celle des revenus moyens d’activité en France. Les chirurgiens ont vu leur revenu baisser de 4% en euros constants par an de 2011 à 2015.
Vous comparez ainsi des revenus de certaines spécialités issus presque à 100% du tarif opposable et des revenus de nos spécialités chirurgicales issus en moyenne pour 40% des compléments d’honoraires compensant l’historique faiblesse des tarifs opposables chirurgicaux !
Cette approche «revenus» est déconnectée de l’évolution de l’activité des médecins. Vous auriez dû publier le taux de croissance annuel moyen du nombre de consultations, ce qui aurait pourtant facilement démontré que l’effet volume d’activités est le principal responsable de la (faible) hausse des revenus. Une hausse de l’activité globale médicale, cumulée à une baisse du nombre de médecins, ne peut que se traduire par un surcroît d’activités par médecin et donc une hausse des revenus.
La consultation de base à 23 euros n’a pas évolué depuis 2011 et a en réalité perdu en termes réels près de 6% de sa valeur. Ce n’est donc qu’au prix d’une dégradation de leur qualité de vie professionnelle que les médecins maintiennent leurs revenus, ce qui se traduit par les problèmes de désertification médicale (frein à l’installation pour les jeunes), de burn-out et suicides que semble passer sous silence l’Assurance Maladie. Nos spécialités sont particulièrement touchées associant forte pénibilité et haute responsabilité, travail de jour et de nuit, gardes et astreintes, week-end compris.

La valeur réelle des principaux actes du bloc opératoire a perdu 30% ces 20 dernières années.
La mise en place de la CCAM en 2005 a fait l’objet d’erreurs flagrantes de calcul « des coûts de la pratique pour nos métiers», dues à un rapport de forces syndicales défavorable aux spécialités du bloc opératoire…

Lire la lettre complète :Courrier Nicolas Revel 2 mai 2016

Docteur Bertrand de Rochambeau              Docteur Philippe Cuq               Docteur Jérôme Vert
Président SYNGOF                                      Président UCDF                        Président AAL
06 48 20 16 77                                             06 08 91 86 82                          06 73 69 90 82

 

Derniers articles du blog LE BLOC :